we love you

Ma'J 28/11/2010 (photos : barks site)

Au Japon, voir LUNA SEA dans une petite salle n'a pas été donné aux fans depuis bien longtemps, alors aujourd'hui, pour le début de leur tournée REBOOT, le groupe se produit au Ruhr congress dans une petite ville allemande Bochum (prononcez borum) ainsi le public européen a l'opportunité de les voir de près.

Deux milles personnes venues de toute l'Europe se sont réunies pour fêter le groupe. Il vient jouer pour la première fois sur le vieux continent, ce qui est plutôt une fierté pour l'Europe, même si l'on sait que le groupe a plus marqué sa promotion de tournée sur les concerts de L.A et Hongkong.

Le décor du plateau est le simple logo rond en forme de lune portant le nom de LUNA SEA. Seuls visiblement le matériel, basse, guitare, batterie a été emporté du Japon car je note immédiatement que J n'aura pas ses fameux ampli «VIRGIN MARIA ».

A 19 h 15 passées gekkô 月光 retentit Shinya fait son entrée, suivi des autres musiciens qui saluent la foule. Shinya porte une veste multicolore. J une chemise noire sur un jean de même couleur, INORAN, longue redingote blanche, son ampli est entouré des bougies du célèbre CANDLE June. RYUICHI porte une veste noire, une chemise blanche avec une cravate et des lunettes de soleil, quant à SUGIZO il se la joue redingote noire en loques.

LUNA SEA attaque d'emblée par LOVELESS ce qui n'a rien de surprenant puisque le morceau commence en allemand Ein, zwein, drei, vier. Le public est tout de suite dans le ton. SUGIZO a pris sa guitare à trois manches pendant que INORAN lui a celle à deux marches.

Le second morceau Dejavu est jouée avec tout autant de fougue. C'est le même début que la set-list de 2007 d'ailleurs. Après une courte pause LUNA SEA entame SLAVE, ce qui est plutôt étonnant, car c'est une chanson pour leur fan-club. D'ordinaire je n'aime pas beaucoup ce morceau, et là, j'étais à fond me déhanchant en cadence, et j'ai même chanté.

END OF SORROW et TRUE BLUE constituent cette première partie de concert, où les musiciens se donnent à fond à la vue de la salle s'y réactive elle aussi, les bras s'agitent en cadence. La foule chante, RYUICHI qui fait sa première pause parlée en japonais dit que le groupe est très content de faire cette tournée REBOOT, nous aussi.

Peu de monde aurait parié sur FACE TO FACE, certaine chanson tirée de STYLE qui est suivie par gravity, extraite du dernier LUNACY qui elle même est suivie par RA SE-N, elle fait plonger le public et les musiciens dans un tourbillon des notes. Envoûtante. J l'avait composée pour STYLE

Après un moment de silence, SUGIZO prend son violon transparent et là, tout le monde sent que le moment se dit que providence. Il a un peu modifié l'intro. Les quatre autres membres de LUNA SEA dans le noir attendent, puis RYUICHI s'avance est entonne la superbe valse de SUGIZO écrite pour EDEN en 1992.

Tout le monde sait que l'album clef de LUNA SEA est Mother, le groupe fait donc honneur à cet opus avec un GENESIS OF MIND des plus forts. INORAN est dans son trip.

A la fin du morceau, J, SUGIZO, RYUICHI et INORAN se retirent de la scène dans les coulisses, et laissent place au DRUMS DRUMS & BASS SOLO de SHINYA.

Comme toujours le drum solo est une petite merveille, et je suis ravie de pouvoir le voir de près, d'où je suis je peux encore voir les expressions du regard de SHINYA. A la première rupture de jeu, quelques personnes, dont moi, hurlent "SHINYA" comme il est de coutume et comme la salle est petite il entend, de plus belle il reprend... et là, va commencer le rituel « motto koe » et la foule hurlant "Shinya". Il est rayonnant, ravi du succès de son solo où il prouve qu'il est un merveilleux batteur, tout en finesse, en puissance et au rythme effréné.

Puis, J revient sur scène avec sa basse rouge, seule qu'il a d'ailleurs apportée. Il entame son solo vigoureux comme de tout coutume. Il prend la parole en anglais, cette fois et on pourra d'ailleurs remarquer qu'il a un meilleur accent que SUGIZO qui parfois, faut bien le dire, est incompréhensible...

Les trois autres musiciens se replacent pour entamer FATE. Je ne me souvenais plus de morceau qui date du premier album de LUNA SEA, LUNA SEA. mais finalement comme SLAVE je me laisse emporter par la mélodie.

Après une pause parlée de RYUICHI, le chanteur annonce STORM (Shine). Et le meilleur est pour la fin quand RYUICHI lance DESIRE. Je n'ai plus de voix depuis longtemps, mais hurle et chante comme la salle entière. Dommage que la sono de la salle ne soit pas à la hauteur. On sent bien que quelque fois RYUICHI ne s'entend pas... embêtant mais heureusement c'est un vieux de la vieille donc il assume avec succès.

Puis s'enchaîne un TIME IS DEAD, première morceau écrit par J, alors qu'il était adolescent, mais qui n'a rien perdu de son punk... et la foule scande le refrain qui ne veut rien dire mais qui est absolument tonifiant. Il ne veut rien dire mais tant pis, le public et les musiciens prennent du plaisir avec ce morceau, c'est cela l'essentiel.

Toujours dans les morceaux de J, voici un ROSIER qui ne manque pas de piquant, avec un lancé arrière de micro de J, après son speech en anglais. Du ROSIER de MOTHER au TONIGHT de LUNACY, encore un morceau tonique de J.

L'heure de l'entracte a sonné. Les musiciens vont se rafraîchir.

Au bout d'à peine dix minutes pas plus, à 21 H 15 passées quand tous les cinq reviennent sous les vivats du public. Malheureusement pour moi, hélas, les encore reprennent avec I for You, mais comme elle a été la plus vendue de LUNA SEA en 1998 elle fait partie des incontournables morceaux

PRECIOUS... et WISH (sans les serpentins) terminent le concert européen de LUNA SEA dans la passion. On espère que les musiciens ont bien senti que le public européen même pas nombreux était enflammé et qu'il venait de toute l'Europe et non d'un seul pays. Le groupe reste un peu après la fin du dernier morceau, ils se tiennent tout les cinq par la main comme le public et tout le monde va sauter.

Ce fut une nouvelle fois un peu plus de deux heures de bonheur avec un groupe qui se donne sur scène sans compter dans la joie. Comme ce groupe a un nombre de hits incroyables, bien entendu chacun attendait sa chanson préférée qu'il n'a pas eue... comme MOTHER, ou encore MOON mais c'est le cœur rempli du bonheur d'avoir vécu un moment passionné et passionnant que les fans sortent de la salle, avec dans la tête les milliers d'images qui peupleront leur rêves jusqu'au prochain concert.. pourquoi pas à Paris, on peut rêver...